Avertir le modérateur

31/05/2010

Et si les grèves s’invitaient à la fête de la Coupe du Monde ?

Après trois semaines de grève, les travailleurs dans le secteur des transports maritimes (Transnet) ont enfin obtenu ce qu’ils voulaient. Une augmentation de leur salaire de 11%.

Mais avant de trouver un arrangement et à deux semaines du début des festivités pour le mondial, ces derniers avaient menacé de paralyser le pays en appelant à la grève générale.

La grève qui a duré trois semaines a eu sérieuses répercussions notamment chez les agriculteurs qui ont perdu $127 million, même les importations de la Fifa pour le mondial ont été affectées


Aujourd’hui l’heure est à l’interrogation et à l’inquiétude car les syndicats des mineurs (NUM) et du fournisseur  national d’électricité (ESKOM)  appelaient également à la grève le 26 mai.

Sachant que toute grève d’Eskom pourrait plonger le pays dans le noir et le priver d’électricité durant le mondial, le président Jacob Zuma et son gouvernement sont sous pression alors que tous les regards sont tournés vers l’Afrique du Sud.

 

Les économistes et analystes ont critiqué les syndicats de prendre en otage le pays en demandant des augmentations des salaires largement au dessus de l’inflation qui est à 5, 1 %.

 

Le spectre de manifestations à venir plane sur le pays, 54 protestations majeures ont déjà eu lieu depuis le début de l’année 2010 contre 109 manifestations pour l’ensemble de l’année 2009. Dans les townships, les déçus du gouvernement Zuma, tentent de tirer avantage de la Coupe du Monde pour obtenir ce qui leur a été promis : des logements décents, du travail ou encore les services de base tel que l’électricité et l’eau courante.

 

Que se passera-t-il après le mondial ?

 

Si le mondial s’annonce comme étant une fête internationale en terre d’Afrique, l’après mondial s’annonce sombre pour les étrangers qui vivent en Afrique du sud. Des associations de réfugiés, Amnesty International ou encore la Croix Rouge ont prévenu contre une vague d’attaques xénophobes  comme celles qui avaient eu lieu il y a deux ans et qui avaient fait au moins 62 morts et avaient fait déplacer plus de 100 000 migrants.

Au moins 10 attaques xénophobes ont déjà eu lieu depuis le début de l’année selon les associations de réfugiés.

 

De telles violences pourraient avoir un impact désastreux sur l’image de l’Afrique du Sud. Le gouvernement sud africain a en effet dépensé des milliards pour rénover les infrastructures du pays et construire les stades espérant ainsi donner une meilleure image et attirer des millions de touristes durant les cinq prochaines années.

 

Avec Reutersgreve-322x315.jpg

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu