Avertir le modérateur

28/07/2009

La première économie du continent africain dans la tourmente

IMG_6864_edited-1.jpgLes grèves ici, on connaissait peu, mais depuis quelques mois et à l’approche de la date fatidique du lancement de la coupe du monde, les syndicats font pressions sur les employeurs. Depuis la victoire du syndicat des ouvriers du bâtiment, mi-juillet, tout semble possible. En effet, l’Union syndicale des mineurs (NUM) a obtenu une augmentation de 12 % des salaires des ouvriers, alors qu’ils en demandaient 13%.

Cette semaine, ce sont les employés municipaux des grandes villes d’Afrique du sud qui défilent dans les rues. Les secteurs concernés sont les transports publics et les éboueurs. Leurs revendications sont les mêmes une revalorisation de 15 % des salaires. Le syndicat des employés municipaux sud africains a rejeté, lundi, une offre de hausse des salaires de 11, 5 %.

Au moins 150 000 employés municipaux ont défilés hier à travers le pays, paralysant ainsi les villes de Johannesburg , du Cap ou encore Durban. Une situation qui inquiète les analystes financiers car si les marchés sud africains n’ont pas encore pâtis de ces grèves, cela pourrait vite changer. Les tensions politiques et la récession économique pourraient faire fuir les investisseurs étrangers.

Source : SAPA

27/07/2009

"Sortir mon township de l'isolement"

Umlazi_0035_edited-3.jpgIci, les rues n’ont pas de noms mais des numéros… et pour cause, Umlazi est ce qu’on appelle en Afrique du sud « un township », un ghetto habité par une population majoritairement noire aujourd’hui. Au temps de l’apartheid les townships étaient exclusivement réservés aux hommes noirs, des ouvriers en général.

Umlazi est le plus grand township de la province du Kwazulu Natal, il est situé près de la ville portuaire de Durban. C’est aussi le second plus grand township en Afrique du sud après Soweto. Une population approchant le million d’habitants y vit aujourd’hui. A Umlazi, on trouve des pauvres mais aussi des gens riches voire très très riches. Phumulani Dube, 30 ans, fait parti de ceux qui ont réussi. Il a grandit dans ce township et est aujourd’hui ce qu’on appelle un « black diamond[1] ». Phumulani Dube est maintenant célèbre, il travaille comme journaliste et animateur à la SABC, radio publique sud africaine. Comme tous ceux qui ont habité ou habite à Umlazi, Phumulani Dube souhaite promouvoir son township et faire la chasse aux idées reçues au sujet de ces quartiers. Umlazi_0003_edited-1.JPG

Certes, la pauvreté, la criminalité et le Sida continuent de ravager Umlazi, mais pour Phumulani, il y n’y a pas que du négatif dans les townships. « Regardez-moi, dit-il, j’ai étudié, j’ai réussi à faire ce que je voulais faire. Maintenant, je suis quelqu’un de célèbre, cela veut dire que nous pouvons changer les choses. Du temps de l’apartheid, je n’aurais jamais eu accès à ce poste de journaliste ».

Phumulani Dube est heureux d’être libre. Il veut contribuer au développement de son township en provoquant les événements. « C’est dans ma nature de faire en sortes que les choses se passent, je ne suis pas un attentiste ». Son but est de faire d’Umlazi un lieu touristique pour la coupe du monde de 2010. Il veut y faire venir des investisseurs, construire des hôtels et initier les touristes à la culture zouloue. Sa devise est la suivante «  On ne peut pas transformer l’eau en vin mais on peut transformer les criminels, les dealers de drogues et les « sans diplômes » en citoyens productifs pour la société ».


Durban,  juillet 2009



[1] Diamant noir

14:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu